Sauvons les, sauvons-nous !

Cela fait des années que les chercheurs tentent d’alerter la population sur les menaces qui pèsent sur la faune et la flore de notre planète et donc sur nous, humains. Les divers travaux de recherche menés sur le sujet semblent confirmer l’extinction de masse qui est en cours.

Une récente étude publiée dans la revue scientifique Proceedings of the National Academy of Sciences (PNAS) et reprise en France par Le Monde démontre, en effet, que « les disparitions d’espèces ont été multipliées par 100 depuis 1900, soit un rythme sans équivalent depuis l’extinction des dinosaures il y a 66 millions d’années. » Les scientifiques parlent d’un « anéantissement biologique » et d’un déclin sans précédent de la biodiversité. En cause, l’activité humaine : déforestation, agriculture, exploitation du sous-sol, braconnage, pollution…

Toutes les espèces sont concernées par la destruction de leur habitat naturel, quel que soit l’endroit où elles vivent : félins, primates, reptiles, oiseaux, poissons… Même les espèces dites « communes » voient leur population s’effondrer : elles représentent 30% des espèces en déclin.

Cette extinction est, plus qu’une menace, un désastre pour l’ensemble des écosystèmes. La nature et les animaux ont un rôle dans l’équilibre de notre planète : pollinisation, fertilisation des sols, assainissement de l’air et de l’eau… Sans eux, c’est l’avenir de l’humanité qui est en jeu.

Afin de pallier ce déclin et qu’il ne devienne inéluctable, un changement de nos modes de vie s’impose afin de :

  • Réduire la croissance de la population humaine et sa consommation ;
  • Trouver des alternatives aux technologies énergivores, destructrices de l’environnement ;
  • Aider les pays en développement à maintenir leurs milieux naturels et à protéger leur biodiversité.

Aujourd’hui plus que jamais, le rôle des parcs zoologiques est indispensable, à la fois pour informer le public des menaces qui pèsent sur notre écosystème, mais également pour proposer des solutions en finançant des programmes de conservation et de recherche, ainsi que l’éducation des populations locales à travers le monde. Chacun est un acteur à part entière de la préservation de la faune et de la flore.

L’article du Monde
 

Stop au braconnage !

Ce mercredi 14 juin à 19h30, dans la salle séminaires située à l’entrée du ZooParc, Beauval a eu la chance de recevoir Davide Bomben, instructeur de combat à la Poaching Prevention Academy qui forme les rangers à la protection des rhinocéros et éléphants en Afrique. Pendant près de 1h30, 130 personnes présentes dans l’assemblée ont eu l’occasion d’échanger avec lui sur son métier et sur les actions directes qu’il a pu entreprendre en Afrique. Davide Bomben a ainsi pu partager sa lutte quotidienne et expliquer son expertise, ses compétences tactiques, utiles au profit de la lutte contre le braconnage. Rappelons que le terrible ravage que subissent les rhinocéros et les éléphants d’Afrique est un désastre pour la conservation des espèces ! Ils sont malheureusement victimes du braconnage essentiellement pour leurs cornes ou pour leurs défenses. C’est pour cela que l’association Beauval Nature soutient depuis cette année la Poaching Prevention Academy.

Merci à Davide Bomben et à vous d’être venus nombreux à cette conférence de Beauval Nature !

Conférence Beauval Nature

Conférence "Stop au braconnage "

Nous aurons la chance de recevoir au ZooParc de Beauval :

Davide Bomben, instructeur de combat à la Poaching Prevention Academy pour animer cette conférence :

Stop au braconnage !

Avec la Poaching Prevention Academy

mercredi 14 juin 2017 à 19h30.

salle de séminaires située à l’entrée du ZooParc.

Conférence gratuite et ouverte au public

 

Davide Bomben, a mis son expertise et ses compétences tactiques au profit de la lutte contre le braconnage en Afrique. C’est l’occasion pour tous de découvrir son métier et les actions directes qu’il entreprend en Afrique pour la protection des rhinocéros et éléphants.

 

Depuis 2017, l’association Beauval Nature soutient la Poaching Prevention Academy.

 

Le tatou, une espèce en sursis !

Retour en images sur les actions du programme Beauval Nature dédié aux tatous géants dans la région du Pantanal au Brésil !

Des nids pour les Calaos

Après Java, Beauval est également présent à Bornéo ! Pendant quelques jours, plusieurs membres de Beauval ont rejoint l’équipe d’HUTAN dans le cadre du programme de pose de nids artificiels pour les calaos qui vivent dans la région de la rivière Kinabatangan. Les calaos sont victimes de la dégradation de leur habitat : ces oiseaux nichent en temps normal au sein des troncs creux des grand arbres. Avec la déforestation, ils ont de grandes difficultés pour se reproduire. En 2013, une équipe de Beauval avait déjà été dépêchée sur place pour installer des nids artificiels. Cette année, de nouveaux nids, améliorés et mieux isolés, sont en cours d’installation par nos membres et l’équipe d’HUTAN. Les nids déjà en place ont été analysés et leur isolation renforcée afin que l’hygrométrie ne varie pas. Nous espérons que les calaos de la région y nicheront bientôt  pour s'y reproduire ! Affaire à suivre…

 

Dans la nature les langurs !

L’aventure de nos petites langurs de Java, Samui et Indah, s’accélère puisqu’elles ont été réintroduites hier matin dans la réserve de Pusubgrawung, à l’est de l’île de Java !

Tout d’abord hébergées plusieurs mois en Indonésie au sein du centre de réintroduction où elles ont pu s’acclimater à leur nouvel environnement, les langurs ont rapidement trouvé leur marque.

Les langurs de Java ont quitté leur espace d’acclimatation pour l’immensité de la forêt indonésienne. Aux côtés de la fondation Aspinall, à l’initiative du projet, notre équipe a assisté à l’événement. L’équipe de Beauval est composée de Delphine Delord, directrice Communication et Pédagogie, d’Eric Bairrão Ruivo, directeur Science et Conservation et de Delphine Pouvreau, responsable de l’espèce au ZooParc et qui les a vu naître.

Lorsque la trappe les séparant du monde extérieur s’est ouverte, les deux femelles n’ont pas hésité longtemps avant de la franchir.

Elles ont été accueillies à leur sortie par un jeune mâle du nom d’Eman, relâché quelque temps auparavant. Le petit langur, redevenu sauvage, était déjà venu leur rendre visite plusieurs fois, alors qu’ils étaient encore séparés par un grillage.

C’est désormais tous les trois qu’ils découvrent l’immensité de la forêt et se repaissent de feuilles tendres à la cime des arbres.

Cette cohabitation immédiate et naturelle est un bel espoir pour le futur de nos petites langurs et la préservation de cette espèce.

Un moment unique et magique, pour nos langurs de Java comme pour nos équipes !

Merci Tamara !

Né en juillet 2000, Tamara est la plus vieille tamarin pinché observée dans la nature à ce jour ! Suivie depuis sa naissance par le programme Proyecto Titi qui s’emploie à protéger l’espèce dans la nature, Tamara a permis de grandes découvertes sur son espèce : utilisation de l’habitat, reproduction… Du haut de ses 17 ans, Tamara est aujourd’hui l’ambassadrice de la conservation des tamarins pinchés en Colombie ! (c)ZooParc de Beauval

Journée Mondiale de la Vie Sauvage

En cette journée mondiale de la vie sauvage, nous tenions à souligner le merveilleux travail réalisé sur le terrain par tous les partenaires de l'association Beauval Nature. Ils œuvrent, aux 4 coins du monde, à la sauvegarde des espèces animales. L’équipe de Beauval Nature est fière de soutenir leurs programmes !

Bravo Katala !

Le 27 janvier dernier, 7 cacatoès des Philippines ont été relâchés par la fondation Katala sur l’île de Dumaran à Palawan. Sauvés de la famine suite au passage d’El Nino pendant la saison de reproduction 2016, les oisillons ont été récupérés et élevés par la fondation Katala. Ils ont ensuite intégré le programme de pré-relâché mis en place par celle-ci et ont finalement été libérés à Dumaran en janvier dernier.
Espèce en danger critique d’extinction, Beauval Nature soutient le programme de conservation de l’espèce depuis de nombreuses années. En parallèle, le ZooParc de Beauval gère le programme d’élevage européen (EEP) du cacatoès des Philippines et tente ainsi de promouvoir sa conservation.
beauvalnature.com
#WWD #WWD2017 #JourneeMondialeVieSauvage

Le voyage continue...

Samui et Indah sont bien arrivées au centre à l’Est de Java, tout près du lieu où elles seront relâchées dans quelques mois.
Sur place, l’équipe dédiée au programme veille à leur adaptation qui se déroule pour le mieux. Les femelles s’acclimatent à la végétation locale, dont elles se nourrissent et dans laquelle elles évolueront bientôt de façon indépendante !
Le suivi effectué durant le processus de pré-relâché est essentiel afin de donner toutes les "clés" nécessaires aux 2 femelles pour qu’elles soient parfaitement autonomes dans la nature.