25 avril, la Journée Mondiale des manchots !

Pourquoi une journée mondiale des manchots ?

Les manchots font partie des animaux les plus emblématiques de nos banquises. À ce titre, ils font de très bons porte-étendards pour les causes animales, pour la lutte contre le réchauffement climatique ou contre la surpêche.

Cette journée mondiale qui leur est dédiée est donc l’occasion de mettre un coup de projecteur sur l’ensemble de ces causes à défendre… Mais également sur les conditions difficiles de l’ensemble des manchots du globe.

18 espèces de manchots à travers le globe

Les deux-tiers des espèces de manchots vivent en Antarctique. Ils sont donc en première ligne des dérèglements climatiques et subissent de plein fouet les conséquences du réchauffement. La fonte des glace offre de moins en moins de territoires aux manchots pour vivre et se reproduire, les exposant davantage à leurs prédateurs.

Sur l’intégralité des 18 espèces de manchots, 16 sont en déclin. Parmi les menaces qui planent sur ces oiseaux, le manque de nourriture est à placer sur les plus hautes marches du podium. La pêche intensive prenant dans ses filets les poissons pour notre consommation, comme des indésirables ou du krill sans aucune distinction, retire la nourriture du bec de nombreux manchots à travers le monde.

La journée mondiale des manchots sert aussi à rappeler l’importance de missions de conservation ciblées sur le tiers des manchots restants, les 9 espèces vivant en dehors des banquises : en Afrique du Sud, Amérique du Sud ou encore aux îles Galapagos.

Les manchots de Humboldts

Parmi ces 9 espèces vivant dans l’hémisphère sud, en dehors de la région antarctique, les manchots de Humboldt font partie des espèces vulnérables d’après le classement redlist de l’UICN. Cette espèce vivant uniquement au Pérou et au Chili, a vu sa population drastiquement chuter ces dernières années.

En plus de la surpêche déjà évoquée, un phénomène naturel vient s’ajouter aux menaces sur les manchots de Humboldt. El Niño est le nom donné à un courant océanique chaud, venant fréquemment affecter les côtes ouest d’Amérique du Sud. Sous l’influence de ce courant, les poissons quittent les côtes péruviennes, détériorant encore les réserves de nourritures des manchots.

De plus, pour les besoins de l’agriculture, les populations locales se rendent sur les territoires de ces manchots pour en récupérer le guano. Cet engrais naturel, trouvable en grande quantité le long des côtes, représente une grande économie par rapport aux engrais industriels. Mais cette récolte se fait au mépris des nids et habitats de manchots, perturbant grandement les cycles de reproduction et le bien-être de cette espèce.

Le projet “Punta San Juan guano harvest”, auquel Beauval Nature a participé en 2012, organise des récoltes responsables de ce guano, de façon à allier les besoin des habitants et le respect du biorythme des manchots.

Parrainez les manchots du ZooParc de Beauval ?

À l’occasion de la journée mondiale des manchots, pourquoi ne pas aider l’association Beauval Nature dans ses missions de conservation en parrainant notre groupe de manchots de Humboldts ? En plus des newsletters régulières de l’association, vous recevrez divers bonus, dont des photos de nos adorables manchots !

Articles similaires