Des nouvelles du Pantanal

Patricia Medici et son équipe de l’IPE (Instituto de Pesquisas Ecológicas) sont toujours à pied d’œuvre pour venir en aide aux animaux blessés et brûlés, dans les dramatiques incendies qui ravagent le Pantanal, au Brésil. Environ 30% de cette région (regorgeant de vie, il y a encore quelques mois), est partie en fumée.

La collecte de dons, lancée par Beauval Nature, en octobre 2020, a permis de récolter 5 449,50 €, un soutien essentiel dans le chemin de la reconstruction. Un immense « MERCI ! » à tous les généreux donateurs !

Les appels aux dons de l’IPE ont permis de fournir un support matériel sur le terrain. L’IPE a ainsi participé à l’achat de fournitures pour les pompiers en finançant des pompes à eau, des tuyaux d’incendie, des pelles, des tronçonneuses, des souffleurs d’air, des débroussailleuses et des équipements de protection comme des bottes ignifugées, des combinaisons, des gants et cagoules, ainsi que des casques et des lunettes spéciales pour les pompiers.

À présent, l’IPE se concentre sur un plan d’action, afin d’éviter qu’une telle catastrophe se reproduise.

achat d'outils grâce aux dons

Un plan d’action en 3 actes

Le plan d’action de l’IPE s’établit en 3 actes :

  • apporter un soutien d’urgence aux équipes en charge du sauvetage des animaux blessés et aux centres de réhabilitation
  • soutenir la recherche dans l’évaluation de l’impact des incendies sur la faune
  • soutenir les pompiers sur le terrain et créer une coalition de ranchs, avec du personnel formé, dédiée à la lutte contre les incendies.

Parer à l’urgence

Actuellement, les services de secours et vétérinaires sont encore sur le terrain pour retrouver, attraper et soigner les animaux blessés. De nombreux tapirs, fourmiliers, jaguars, coatis et loutres, pour ne citer que les plus gros animaux, sont encore en grande détresse physique. Afin de les prendre en charge le mieux possible, l’IPE a engagé un vétérinaire supplémentaire, spécialisé dans les catastrophes environnementales, les urgences et les soins intensifs.

sauvetage tapirs

Soutenir la recherche et la surveillance

En parallèle, l’IPE apporte son soutien à des chercheurs en charge du comptage des animaux morts, afin d’évaluer l’impact réel des incendies sur la vie sauvage. Les principales victimes ont été les rongeurs et les reptiles, dotés de peu d’atouts pour la fuite.
Le déclin massif de ces animaux est très préoccupant car il signifie une nouvelle vague de morts : sans ces animaux, qui font partie du bas de la chaîne alimentaire, beaucoup d’autres animaux, qui s’en nourrissent, vont mourir de faim dans les semaines à venir.
De nombreux tapirs, la cible d’étude prioritaire de l’IPE, sont morts mais un grand nombre a également pu être sauvé, avec toutefois de très graves brûlures au niveau des pattes. De nombreux fourmiliers géants ont également été brûlés vifs. Quant aux tatous, peu sont comptabilisés parmi les carcasses car beaucoup sont morts asphyxiés par les fumées et la chaleur, à l’intérieur de leur terrier.

Les impacts sur la faune et la flore seront durables car même lorsqu’il n’y aura plus de feux et que les animaux épargnés reviendront sur les zones brûlées, ils ne trouveront pas de quoi se nourrir et boire. Les scientifiques appellent cela la « faim grise ».
Dans l’une des réserves privées du nord du Pantanal, où 91% de la superficie de la réserve a été décimée, se trouve / trouvait la population de tapirs la plus importante du Pantanal. À cet endroit, des partenaires de l’IPE apportent à manger et à boire tous les deux jours, pour les animaux rescapés.
Une partie de la zone est surveillée grâce à des caméras-pièges. Ces caméras s’avèrent extrêmement utiles afin de surveiller l’évolution de la situation et les conditions des animaux. Pour ces raisons, l’IPE souhaiterait participer au financement de caméras supplémentaires.

sol brûlé au Pantanal

Crédit photo : André Zumak IHP

Former et s’entraider

Enfin, l’IPE souhaite mettre en place une coalition entre les différents ranchs présents sur sa zone d’étude. Le personnel des ranchs serait formé et équipé afin de lutter contre les départs de feux. Cela permettrait, par exemple, de garder à disposition des réservoirs d’eau, indispensables dans la lutte contre les incendies et des kits « anti-incendies », composés de souffleurs portables, de tronçonneuses, de faucilles, de houes… ainsi que des équipements de protection individuelle.

La cagnotte est désormais fermée. Grâce à vous, 5 449,50 € ont été récoltés pour le Pantanal ! Un grand merci à tous nos donateurs.

 

incendies Pantanal au Brésil

Crédit photo : André Zumak IHP

Crédits photos : IPE

Articles similaires