Lutte anti-incendies : les fonds bien utilisés au Pantanal

En 2020, le Pantanal, immense région brésilienne, connaît les pires incendies depuis 50 ans. Un tiers de ce territoire est directement touché. Pour lutter contre ces feux dévastateurs et venir en aide aux animaux blessés, des ONG locales ont lancé un appel aux dons. Largement suivi dans le monde par des particuliers ou professionnels. Beauval Nature a ainsi contribué à hauteur de 15 000 euros, dont 5 000 récoltés grâce à de nombreux donateurs, sensibilisés par ce drame. Découvrez comment ces fonds ont été utilisés par la Lowland Tapir Conservation Initiative (LTCI-IPE) et le Giant Armadillo Conservation Program and Anteaters & Highways Project, associations œuvrant sur le terrain et soutenues depuis de nombreuses années par Beauval Nature.

eau de panda

Au plus fort de la crise plusieurs actions d’urgence ont été déployées…

  • Achat et acheminement de matériel médical et vétérinaire pour soigner rapidement les animaux blessés sauvés des brasiers. Deux camions chargés de médicaments, alimentation variée, dispositifs médicaux, pansements… sont arrivés à l’Universidade Federal do Mato Grosso (UFMT) ; où les animaux étaient regroupés en attendant d’être soignés. Il s’agissait de tapirs, fourmiliers, coatis…
  • Mise en place d’une assistance « conseils vétérinaires » 24h/24 pour soutenir les équipes vétérinaires de secours
  • Don d’un volume important d’équipements de protection à une ONG impliquée dans la lutte anti-incendie. Celle-ci a reçu tout l’arsenal permettant de se protéger : pompes à eau, tuyaux, souffleurs d’air, vêtements, casques, lunettes.
  • Achat de caméras-pièges pour surveiller les stations d’alimentation d’animaux dans les zones touchées par le feu.

…suivi d’un travail de formation et de prévention au long cours.

caméra-piège installée dans le Pantanal

S’étendant sur plus de 180 000 km², le Pantanal connaît un contexte socio-économique particulier. Seul 2,5 % du territoire est officiellement protégé. Le reste des terres appartient à des propriétaires privés (fermes, ranchs…) et utilisé pour l’élevage du bétail. C’est pourquoi, les ONG misent sur l’implication et la formation des propriétaires fonciers. Il faut impérativement qu’ils soient formés à la lutte anti-incendie pour protéger la faune et la flore locales. Cette démarche de formation et d’équipements concerne déjà 10 ranchs de la sous-région de Nhecolandiâ soit la protection potentielle de 1 500 km². Ce périmètre comprend les zones d’études de projets de conservation des tapirs de plaine et des tatous géants.

Équiper et former les ranchs privés à lutter contre les incendies est une première initiative communautaire lancée par les ONG. Concrètement, le ranch Baia Das Pedras dispose d’un réservoir d’eau portatif de 5 000 litres et de pompes à moteur, transférables aux autres ranchs selon la menace. Chaque ranch a également reçu un équipement professionnel composé de matériels et vêtements anti-feux. Beaucoup d’espoirs sont fondés sur ces initiatives collaboratives pour contrer ces feux d’autant que les pluies sont très inégales au Pantanal entre des périodes d’inondations et de sécheresse. Le risque est toujours présent dans cette région mais les habitants seront désormais mieux formés pour tenter de combattre l’ennemi.

Si vous souhaitez soutenir les actions de Beauval Nature en faveur de la biodiversité, vous pouvez faire un don en cliquant sur notre page : https://beauvalnature.org/fr/dons-beauval-nature.

intervention médicale sur un tatou géant

Crédits photos : ©Giant Armadillo Conservation Program and Anteaters & Highways Project

Articles similaires