24 juin : journée mondiale des « Grands Singes »

Les Grands Singes comptent aujourd’hui parmi les animaux les plus menacés du monde. Tous sont classés « En danger » ou « En danger critique d’extinction », selon l’Union Internationale de la Protection de la Nature. L’Homme, considéré comme l’une des 6 espèces de Grands Singes par les scientifiques, est le principal responsable de la disparition des 5 autres espèces, à savoir : le gorille, l’orang-outan, le chimpanzé, le bonobo et le gibbon.

En 2017, a eu lieu la 1ère Journée Mondiale des Grands Singes, initiée par l’association « Gorilla Rescue Center », en partenariat avec le magazine « Le Monde des Animaux ». Conférences, diffusion de films, rencontres avec des soigneurs, nourrissages des animaux, ateliers maquillage… de nombreux événements étaient organisés dans des parcs zoologiques partenaires et les fonds récoltés reversés au centre de réhabilitation des primates de Lwiro, en République Démocratique du Congo.

gibbon

Beauval au service des grands singes

Le ZooParc de Beauval organise, quant à lui, depuis 2011, une collecte de téléphones portables hors d’usage afin de récupérer les éléments qui les composent et ainsi les recycler. Les appareils électroniques tels que les téléphones, les ordinateurs, les tablettes… contiennent du coltan (colombite-tantalite), un minerai prisé pour le tantale qu’il contient, un métal très résistant à la corrosion. Ce fameux minerai se trouve principalement dans les sols de la République Démocratique du Congo, lieu de vie des gorilles. Ces derniers se retrouvent ainsi chassés de leur habitat, les sols et la végétation saccagés pour l’extraction du minerai.

Depuis le début de la collecte au sein du ZooParc de Beauval, l’association Beauval Nature a récupéré 9270 téléphones mobiles pour le recyclage. Merci à tous les donateurs ! L’urne pour les dépôts de téléphones est toujours accessible à l’entrée du ZooParc.

L’aventure au Gabon se poursuit

En cette journée mondiale des « Grands Singes », nous avons des nouvelles en provenance du Gabon ! Mayombé et Djongo poursuivent leur cohabitation, ils sont vus ensemble lors des nourrissages (les membres de l’association Aspinall déposent régulièrement de la nourriture à des points déterminés afin de pouvoir observer l’état de santé des gorilles). Tous les 2 semblent en excellente santé, toutefois Mayombé semble souvent nerveuse ces derniers temps, comme si elle redoutait quelque chose. Les membres de la fondation pensent qu’elle a certainement rencontré des éléphants sauvages car des traces de leur passage ont pu être observées au sol. Ils restent vigilants quant à l’évolution de la situation et proposent un point de nourrissage à couvert afin que Mayombé soit plus à l’aise.

mayombe_gabon

Crédit photo : Fondation Aspinall

Articles similaires