Une naissance de takin à Beauval a eu lieu

Il y a tout juste un mois, le 1 février dernier, un mâle takin a vu le jour. Yoddah, de son petit nom, a rejoint l’espace de ses aînés “Sur les Hauteurs de Chine”. Après quelques jours passés seul avec sa maman, Yoddah a été présenté au reste du groupe dans le pré-parc où il a rapidement pris ses marques. On peut déjà le voir s’amuser avec la petite Saona, précédent bébé du groupe, aujourd’hui âgée de 2 ans. Vous pourrez le voir très prochainement rejoindre les grands dans la zone ouverte au public.

Incroyable cette naissance est

Une naissance au ZooParc de Beauval, c’est toujours un moment magique. L’occasion d’accueillir de nouveaux individus, mais surtout de voir des espèces perdurer. Alors lorsqu’il s’agit d’espèces peu connues et menacées comme le sont les takins, nous ne pouvons faire autrement que de nous réjouir et partager avec vous ces moments de bonheur.

Et puis, est-ce qu’ils ne sont pas adorables ces grands herbivores ? Pas étonnant que le Bhoutan, pays mesurant sa croissance et le bien-être de ses habitants en Bonheur National Brut, ait fait de ces animaux un de ses emblèmes.

Boeuf ou chèvre ? Aux deux il ressemble

De par sa taille et la forme de son visage, l’espèce des takins fut longtemps associée aux bovidés tels que les vaches ou les gnous. Pourtant, de récentes études ont montré que cette espèce était bien plus proche des chèvres et de leurs cousins. Un positionnement phylogénétique étrange et encore à l’étude… Yoddah fait ressortir l’ensemble des traits de ces deux grandes familles animales. Il allie la touchante hésitation d’un petit chevreau encore inexpérimenté à la carrure d’un jeune veau.

Vulnérable les takins restent

Comme nous le disions quelques lignes plus haut, cette naissance nous réjouit d’autant plus que les takins sont aujourd’hui classés comme espèce vulnérable par l’UICN (l’union internationale pour la conservation de la nature). En plus des chasses traditionnelles qui mettent à mal l’espèce, le développement de l’activité humaine dans les régions asiatiques où vivent les takins grignote petit à petit leur habitat.

Heureusement pour Yoddah, il n’a pas à se soucier de tous ces dangers et peut tranquillement prendre le temps de se développer avant de lui aussi perpétuer son espèce. Sa naissance est un grand pas de plus vers la conservation des takins.

Articles similaires