De "En Danger" à "Vulnérable"...

Très joyeux anniversaire à notre mâle panda, Yuan Zi pour ses 8 ans. Son cadeau ? Une très bonne nouvelle pour lui et son espèce.

Un début de victoire pour la conservation des pandas… Les efforts des programmes de conservation sur le terrain et les politiques du gouvernement chinois ont porté leurs fruits ! Un premier pas remarquable puisque le panda géant n’est plus classé comme espèce "en danger" par l'Union Internationale pour la Conservation de la Nature (UICN).
Dimanche, son statut est passé "d’en danger" à "vulnérable" sur la liste rouge des espèces menacées. Une évolution encourageante pour la conservation de l’ursidé noir et blanc. Leur reproduction n’est pas aisée car les femelles sont fertiles pendant 48h une fois par an mais est essentielle dans les parcs zoologiques pour préserver l’espèce.
Depuis 2012, l'association Beauval Nature soutient la base de Chengdu, en Chine, Centre de Reproduction et de Conservation du panda dans la province du Sichuan et continue de s’impliquer pour protéger les pandas.
Les politiques de protection de la Chine ont été efficaces, permettant de protéger et de replanter des forêts de bambous, habitat naturel et source d’alimentation quasi-exclusive du panda. Ces efforts ont favorisé la hausse de la population totale. Même s’il reste difficile d’estimer leur nombre, l'UICN comptabilise à ce jour 2060 pandas géants dans le monde.

Pas de bébé panda cette année

 

Nous avons la certitude depuis aujourd'hui, que Huan Huan, notre femelle panda, n'attend pas de bébé.

Le doute de ces derniers jours est enfin levé : les résultats d'analyse de la progestérone -que nous venons de recevoir- montrent que l'hormone a chuté vendredi 1er juillet. Ce retour de la progestérone à un seuil infime signifie que l'accouchement devait survenir dans les 48h, soit dimanche 3 ou lundi 4 juillet au plus tard. Comme il n'y a pas eu de bébé passé ce délai, notre équipe vétérinaire menée par le Dr Baptiste Mulot est certaine que nous étions en présence d'une fausse gestation, courante chez les pandas. 

Les équipes de Beauval sont très déçues, mais cette expérience a énormément apporté pour le diagnostic et le suivi lors des prochaines chaleurs de Huan Huan au printemps 2017.

Le ZooParc de Beauval à la pointe de la recherche
En plus du suivi de la progestérone, des dosages expérimentaux (protéine céruloplasmine et hormone Pgfm (prostaglandine)) ont été analysés dans un laboratoire en Belgique, celui-là même qui a suivi la gestation de la femelle panda du parc zoologique de Pairi Daiza.
Ces dosages sont encore rarissimes dans le monde, mais apportent de nouvelles connaissances pour déterminer avec plus de précision s'il y a eu fécondation puis implantation.

En 2017, les comparatifs avec toutes les données 2016 seront un précieux atout :
- dosage progestérone,
- dosages céruloplasmine et prostaglandine,
- observation comportementale : prostration, perte d'appétit,
- échographies.

Rendez-vous en Février ou Mars 2017 !
 

Des nouvelles de Huan Huan

Le 30 Mai, nous vous annoncions un changement de comportement de Huan Huan ainsi qu'une évolution hormonale. Nous sommes toujours dans cette phase stable de palier hormonal, d'attitude renfermée et apathique et de baisse d'appétit.

Les échographies se poursuivent 2 fois par semaine (lundi et jeudi) afin de détecter la présence éventuelle d'un (ou 2) foetus.

Les dosages hormonaux se poursuivent également ; les résultats sont reçus et étudiés toutes les fins de semaines.
En parallèle de ces dosages, nous collaborons avec des collègues internationaux pour développer des analyses expérimentales qui nous permettront peut-être dans le futur de diagnostiquer la gestation de manière plus fiable et précoce.
 
La prochaine étape :  nous attendons la chute de la progestérone dans les 2 semaines qui viennent. Ce sera le signe soit d'un accouchement dans les 48h, soit de la fin de la fausse gestation.
L'arrivée de 2 soigneuses chinoises est prévue à partir du 18 juin afin d'optimiser et guider les actions s'il y a une naissance, et dans les mois suivants.

 

Rappel : Les étapes de la gestation

 Nous avons passé les 2 premiers points :

1/ changements comportementaux : prostration et appétit au plus bas.

2/ changement hormonal

Les étapes qui confirmerait la présence d'un bébé panda :

3/ vérification visuelle par échographie de la présence d'un embryon. Celui-ci n'est détectable que 3 semaines avant la naissance. Malgré tout, une absence de signe ne veut pas dire qu'il n' y a pas gestation. Le bébé est tellement petit qu'il n'est parfois détectable qu'à l'extrême fin de la grossesse.

4/ délai de gestation d'environ 6 semaines à partir de l'implantation du foetus.

5/ chute de la progestérone 24h à 48h avant la naissance. Dans le cas d'une pseudo-gestation, cette baisse hormonale se fait aussi, mais de façon plus douce. Difficile donc, si le bébé n'a pas été détecté à l'échographie, de déterminer l'existence ou pas d'un petit.

5/ naissance possible d'un ou 2 minuscule(s) bébé(s)de 150g entre fin juin et début juillet 2016

6/ sortie de Huan Huan et de son/ses bébés de leur loge intérieure protégée du public environ 3 mois après la naissance.

Un petit pour Huan Huan ?

Tout Beauval se suspend au temps de Huan Huan, qui dort, beaucoup. Et mange moins, beaucoup moins (une dizaine de kg par jour versus une quarantaine en temps ordinaire)

Autant de signes qui peuvent présager d’une grossesse. Mais attention, comme rien n’est simple chez les pandas, les mêmes signes peuvent être ceux d’une pseudo gestation !

Petits rappels des faits:

  1. Huan Huan a été inséminée en février (en avance d’environ un mois sur le calendrier « normal » qui aurait voulu que ce soit en mars. Mais rien n’est jamais « normal » chez les pandas…
  2. Suite à l’insémination, s’il y a eu fécondation, la femelle panda entre dans une phase de diapause embryonnaire : le développement de l’embryon est stoppé et il n’y a même pas nidification (implantation de l’embryon dans l’utérus). Durant cette période, qui peut durer plusieurs mois, il n’y a pas de moyen de savoir s’il y a eu ou non fécondation.
  3. Ensuite, intervient une phase où il y a un changement hormonal (augmentation de la progestérone entre autres), MAIS qui a lieu également dans le cas d’une pseudo grossesse.
  4. Cette phase se confirme avec un changement comportemental : la femelle panda entre dans une sorte de léthargie, comme si elle « rentrait dans sa caverne » et mange beaucoup beaucoup moins.

Nous sommes dans cette phase ! Depuis environ 10 jours, il y a augmentation des taux hormonaux et Huan Huan est devenue apathique, dort beaucoup et ne mange plus que 10 kg de bambous par jour (vs une quarantaine en temps normal) !!! Bonnes nouvelles MAIS là encore, rien n’est sûr, ces signes pouvant aussi être ceux d’une pseudo gestation… Eh oui, chez les pandas, rien, mais alors vraiment rien n’est jamais simple !

Cependant, l’entrée dans cette phase permet de dire qu’il y a soit pseudo gestation, soit gestation, et de sortir de l’incertitude : la gestation dure entre trois et six semaines ( si !) donc fin juin ou début juillet, nous serons fixés : il y aura un bébé panda… ou pas !

ET attention, le bébé ne sera visible du public que trois à quatre mois plus tard : pas avant octobre-novembre… Allez, un peu de patience, ça en vaut la peine

Un bébé pour Huan Huan en 2016 ?

Les 2 pandas géants, arrivés à Beauval en 2012, sont maintenant âgés de 7 ans. Ce sont des animaux solitaires qui, dans la nature comme au ZooParc, vivent séparément.
Sexuellement matures, Huan Huan, la femelle et Yuan Zi, le mâle ont été réunis en février dernier lors des chaleurs de Huan Huan dans l’espoir d’une future naissance… très importante pour cette espèce menacée ! Mais, le mâle s’est montré peu entreprenant… La femelle panda n’étant féconde qu’une fois par an pendant seulement 2 à 3 jours, une insémination a été effectuée par les équipes vétérinaires.

Juste incroyable : S’il y a eu fécondation, une période de « diapause embryonnaire » se produit immédiatement chez la femelle lui permettant d’arrêter le développement du fœtus ! Ce processus est utile à l’ursidé dans la nature si la période est peu favorable pour mettre bas. A la fin de cette période de diapause, il faut compter seulement 3 semaines avant la naissance !
Nous ne saurons donc qu’à la fin de la diapause embryonnaire, dans plusieurs semaines, si la femelle est gestante… A suivre…