Départ de Gainda, jeune rhinocéros indien

Le 3 juillet au matin, Gainda, l’un des rhinocéros du ZooParc de Beauval, a pris la route en direction du parc zoologique de Dierenrijk, aux Pays-Bas, à proximité de la frontière belge. 

Un amour de rhino

Âgé de presque 3 ans, Gainda est le petit de Henna et Sahib. Il a su se faire remarquer très tôt en naissant en avance, au sein même de la plaine asiatique, devant quelques visiteurs chanceux. Très rapidement, les soigneurs du secteur se sont attachés à cette adorable bouille sous son armure de peau. 

Et Gainda leur rendait bien ! Toujours très mignon avec les soigneurs, le très jeune rhino n’hésitait pas à s’approcher d’eux… lorsqu’il n’était pas collé à sa maman !

Vers une nouvelle vie de mâle reproducteur

Le petit Gainda s’en va rejoindre deux femelles du Zoo de Berlin, dans le tout nouvel espace des rhinocéros indiens à Dierenrijk. Les deux rhinos allemandes accueilleront Gainda le temps qu’il atteigne sa maturité sexuelle. Leur départ est déjà prévu pour 2021. Les travaux de leur espace au Zoo de Berlin seront terminé à cette date et elles pourront rentrer chez elles. À leur départ, une jeune femelle, du même âge que le mâle, sera présentée à Gainda.

L’objectif étant de fonder une nouvelle famille de rhinocéros indiens au sein du parc de Dierenrijk. On souhaite à Gainda une fougueuse jeunesse et plein de bébés rhinos !

Les rhinocéros indiens vulnérable

Malgré les interdictions et les mesures prises contre le braconnage, la vente de cornes de rhinocéros continue de faire des ravages. Les pays d’Asie comme la Chine, le Vietnam ou le Yémen sont à l’origine de la forte demande. En effet, la médecine traditionnelle de ces pays prête de nombreuses vertus à la corne, faisant de celle-ci un ingrédient essentiel à de multiples remèdes. 

Le rhinocéros indien, vivant au nord de l’Inde, est en première ligne de cette chasse illégale, réduisant dramatiquement les populations. S’ajoute à cela les fortes inondations, dues au déboisement des pentes de l’Himalaya et autres conséquences du développement des activités humaines… Aujourd’hui, on estime qu’il ne resterait qu’environ 2 500 individus dans la nature, classant les rhinocéros indiens parmi les espèces vulnérables sur la liste rouge de l’UICN.

L’objectif principal des parcs zoologiques est de participer à la conservation des espèces menacées. Ainsi, le rôle de mâle reproducteur de Gainda est primordial pour la pérennité de l’espèce.

Articles similaires