Jour du dépassement : la France en déficit écologique depuis le 15 mai

L’année 2019 a débuté depuis seulement 5 mois et déjà, les pays européens ont utilisé et consommé plus de ressources naturelles que ce que les océans et forêts peuvent produire en un an, et émis plus de gaz à effet de serre qu’il ne peut en être absorbé dans le même laps de temps. Si des pays comme le Luxembourg ou la Suède font office de mauvais élèves, la position de la France n’est pas plus reluisante.

Jour du dépassement Français

Le WWF estime que si la totalité du globe vivait comme les pays d’Europe, il faudrait 2,8 planètes terres pour subvenir aux besoins de l’ensemble de la population mondiale. Sur la même base de calcul, si tous les pays du monde consommaient autant que la France, nous épuiserions les ressources naturelles de 2,7 planètes ! Un constat d’autant plus alarmant que la date du jour du dépassement en France ne cesse d’être avancée depuis les années 60.

La France, au même titre que l’Italie et la Pologne, fait partie des pays qui exploitent le plus la biocapacité mondiale, devant des géants comme la Chine ou le Brésil. Pays d’ailleurs mieux classés que la totalité des pays européens. Le jour du dépassement mondial est quant à lui estimé au 1 Août.

L’écologie au cœur de l’Europe

©WWF

 

Ce n’est une nouveauté pour personne, mais les changements climatiques récents, les menaces qui pèsent sur la biodiversité et l’exploitation irraisonnée des ressources naturelles sont un danger pour toutes les sociétés humaines à travers le monde. La nature et l’Homme sont interdépendants et si nous n’œuvrons pas pour la protection de la nature, nous nous dirigeons vers de nombreuses catastrophes sanitaires, climatiques et sociales. En France, la pollution est responsable de 67 000 morts par an (source : European Heart Journal), en faisant la seconde cause de mortalité évitable du pays, derrière le tabac.

À ce titre, et indépendamment de tout partisanisme, il est primordial  de nous orienter vers une écologie politique non seulement en France, mais aussi à travers toute l’Europe. Le rapport du WWF avance plusieurs solutions possibles, que les futures élections devront permettre de porter au parlement européen :

  • L’adoption d’une politique agricole commune qui préserve les ressources naturelles
  • L’adoption d’un plan d’action contre la déforestation
  • La mise en œuvre de l’Accord de Paris
  • La mise en œuvre d’un cadre légal européen sur la protection des habitats, des espèces et des écosystèmes d’eau douce.
  • L’établissement de règles de contrôle et de suivi de la pêche en océans
  • L’allocation d’au moins 50% du budget européen aux économies bleue et verte.

Le poids des initiatives individuelles

Tous les rapports récents concordent sur un point : nos sociétés ont besoin de changement. Le modèle économique mondial, ses traités de libre-échange et sa course à une croissance toujours plus grande ne nous permettront pas d’éviter les conséquences écologiques. Pire, ce modèle participe activement à ce que la situation s’aggrave. Nous devons demander des actions nationales et internationales concrètes.

Néanmoins, pour chercher à reculer progressivement la date du jour du dépassement, nous pouvons aussi tous participer à notre échelle à réduire notre empreinte écologique. Qu’il s’agisse du recyclage des déchets, de l’économie d’énergie, de consommer en priorité en circuits courts, ou de réduire sa consommation de viande, chaque action compte.

©WWF

Articles similaires